Premier contact (1/2)

Image

BO : Ennio Morricone – The Braying Mule

smm-15-1-msmm-15-2-m smm-15-3-m smm-15-4-m smm-15-5-m smm-15-6-m smm-15-7-m smm-15-8-m

Plusieurs choses à propos de ces planches :
– Il s’agit de la première partie. Je mettrai la deuxième la semaine prochaine.
– Les couleurs n’ont pas grand chose à voir avec l’original : j’ai utilisé un mauve et un bleu très foncés, pour les ombrages, qui posent problème à mon scanner.
– Les planches ont été dessinées sans croquis préliminaire, immédiatement par dessus le story-board. Il y a, par conséquent, des erreurs d’anatomie, d’angle, etc. que je n’ai pas pu corriger.
– Il s’agissait de ma BD pour les 12 heures de la BD, par conséquent le story-board a été fait tout aussi à l’arrache que le dessin. Il n’y a que les couleurs qui ont bénéficié d’un peu de soin.

Publicités

Corde sensible

BO : Friday Night in San Francisco – Mediterranean sundance

H&M-guitares-m

Peu de temps après s’être rencontrés, Malo et Hugo s’étaient découverts une passion commune pour la pratique de la musique. Malo étant en licence de musicologie, il pratiquait assidûment la guitare, et répandait quotidiennement ses douces mélopées et ses accords sauvages dans toute la maison, pour le bonheur ou le malheur de ses deux colocataires.
Afin de soulager les oreilles de Gwen, Malo avait pris l’habitude de se réfugier dans la chambre de Hugo, que la guitare ne dérangeait pas. De temps à autre ce dernier sortait également son instrument de sa housse, et se joignait aux exercices. En trois mois de colocation, ils avaient développé une habitude de jouer et d’improviser ensemble qui les réjouissait tous deux au plus au point, et Hugo en était venu à attendre avec excitation ces moments de complicité musicale.Mais il ne l’aurait reconnu pour rien au monde.

Forte dimension autobiographique cette fois-ci encore. J’ai beaucoup apprécié mes années en colocation avec des musiciens, et nos bœufs nocturnes me manquent terriblement. Je pense qu’ils manquant moins à nos voisins.

Le syndrome des bibliotoilettes

BO : Bobby Lapointe – Tube de toilette

H&M-toilettes-m

L’une des premières choses que Hugo avait remarqué en s’installant rue du Vent d’Ouest était les bibliotoilettes. Remplis ras-la-gueule de magazines divers et variés, il avait ardemment négocié les rayonnages des WC avec Gwen, afin de pouvoir les remplir de romans d’un tout autre style. Science-fiction et fantasy fricotaient désormais librement avec les romans policiers, retenant l’attention fascinée des individus de passage sur le trône.
Malo et Gwen avaient tout d’abord regretté ce choix, désormais obligés de batailler avec leur invités pour qu’ils daignent en sortir, puis avaient pris le parti d’en rire. Les bibliotoilettes s’étaient finalement trouvés très pratiques, puisque les ouvrages qui s’y trouvaient faisaient l’unanimité des habitants du 14 rue du Vent d’Ouest et étaient bien plus accessibles dans les toilettes que dans les chambres.

Je dédicace cette anecdote à mon père, dont les bibliotoilettes n’ont pas finis de me faire rêver, de Asimov à K.Dick en passant par Tolkien et Agatha Christie.

Un passe-temps dangereux

BO : Gwendal – Irish Jig

smm14-1smm14-2

« Oui, un bête accident de livre. … Hein ? Non, il n’a pas pris une pile de livre sur la tête, il était en train de lire en marchant, du coup il s’est logiquement vautré dans les escaliers. Quoique vu son caractère de merde il aurait pu prendre un coup de livre. Oui. Surtout en travaillant dans une librairie.. un client de mauvaise humeur et… mauvaise langue ? Moi ? On voit que tu ne le connais pas Maman. » Malo à sa mère..

« Des dommages collatéraux dus à une narration trop maîtrisée : ce livre vous emportera dans un tourbillon de mots et d’émotions dont vous n’arriverez plus à vous défaire au point que cela impactera sur votre quotidien. » Hugo, Fiche de lecture de La Horde du Contrevent dans le cadre d’un cours de littérature sur la science-fiction.

« Se casser le bras en lisant un livre… y’a du niveau mon gars. » Gwen à Hugo

La Horde du contrevent est peut-être mon livre préféré, mais il fait surtout parti de ces bouquins qui m’ont complètement absorbée. Je n’ai peut-être pas eu d’accident à le lire n’importe quand, mais je n’en suis pas moins excitée à l’idée qu’un jeu vidéo tiré de ce bouquin verra peut-être le jour si le kickstarter abouti !